Aller au contenu principal
  • fake news

Pourquoi les fake news sont-elles autant partagées ?

  • Face à l’augmentation constante de la désinformation, la confiance dans les médias est en baisse. Mais pour quelles raisons Monsieur et Madame tout-le-monde relaient-ils de fausses informations ? 

1
minute
de lecture

Pourquoi les fake news sont-elles autant partagées ?

1 min. de lecture
mar 08/10/2019 - 13:00

Selon le Digital News Report de 2019, 55% des personnes sont inquiètes de ne pas pouvoir identifier si une information est vraie ou fausse sur internet. Si la majorité des personnes ont conscience de la problématique des fake news, celles-ci semblent pourtant se propager et devenir un des problèmes majeurs de notre époque. En voici cinq raisons.  

Une attention limitée  

Face au grand flux d’informations, les personnes sont moins attentives à ce qui est partagé. Plus une information est vue ou entendue, plus elle est considérée comme vraie. La répétition mène à l’idée de véracité. Ainsi, la simple lecture du titre renforcera la croyance dans le contenu de l’article sans même l’avoir lu. 

Un mauvais choix de canal d’information 

Même si les fake news ont débuté dans la presse papier, aujourd’hui elles sont bien plus répandues sur Internet. Toujours selon le Digital News Report de 2019, 66% des personnes déclarent utiliser leur smartphone pour accéder aux informations. De plus en plus s’informent via les réseaux sociaux. Or, ces derniers, Facebook en tête, sont le canal privilégié pour le relais de ces fausses informations. Les auteurs utilisent des formats qui attirent, accrochent le regard comme des images, des vidéos et des mèmes.  

La source de l’information 

D’après une étude menée par Media Insight Project en 2017, le réflexe est d’accorder plus d’attention à la personne qui partage l’information qu’à la source qui l’a écrite. Un article partagé par une personne de confiance (ami, famille, personnalité publique...) aura plus de chance d’être perçu comme exact que s’il était partagé par quelqu’un à qui l’on accorde peu de crédit.  

Le sentiment d’appartenance  

L’être humain est un être social. En partageant les informations d’un groupe, il aura le sentiment d’appartenir à ce groupe et d’être en accord avec sa façon de penser et ses idées. Remettre en cause les informations partagées, c’est mettre en doute le groupe. La confiance est telle qu’aucune vérification n’est faite et que l’information erronée est partagée. 

Les « vraies » fake news  

La fake news est pour certains devenue un art, dont le but est surtout de divertir. Le Gorafi, Nordpresse, The Onion… tous ont pour objectif de parodier l’actualité. Le problème, c’est que certaines personnes ne se rendent pas compte qu’il s’agit de fausses informations intentionnelles, les prennent pour véridiques et les partagent.  

Vincent Flibustier, le patron de Nordpresse lui-même, expliquait dans une interview pour Mr Mondialisation : « la majorité des gens qui partagent Nordpresse en première ligne savent ce qu’ils lisent. Ensuite, cela s’affiche dans le fil d’actu de leurs amis, puis des amis de leurs amis... et là, on tombe sur des gens qui ne pigent rien. »