Aller au contenu principal

Une génération plus touchée par le burn-out

  • Plusieurs études le démontrent, les générations Y et Z sont plus susceptibles de souffrir d’un burn-out. Quelles sont les causes, les conséquences ? Analyse.

1
minute
de lecture

Une génération plus touchée par le burn-out

1 min. de lecture
mar 20/11/2018 - 10:09

Burnout et Millennials. Selon une étude Gallup, 28% des Millennials américains interrogés se sentent souvent ou fréquemment en burn-out au travail, contre 21% des anciens. Pourquoi ? « Le monde de l’entreprise a changé », explique Serge Goffinet, psychiatre président du réseau multidisciplinaire Burnout. « Du public au privé, le management a évolué. Moins de travailleurs et plus de cadence ».

Les jeunes surchargés de travail et scrutés

Une autre cause résulte de la surcharge de travail non connue, non anticipée. Surtout quand c’est le premier boulot. « Les pensionnés ne sont pas toujours remplacés dans les entreprises et la surcharge de travail se répercute sur les autres. D’emblée, le jeune travailleur est soumis à des cadences et des charges de travail plus importantes qu’auparavant », ajoute Serge Goffinet, qui pointe également la « surveillance ». « On répertorie tout ce qui a été fait et comment. On soumet constamment les gens à des analyses, des évaluations plus ou moins bienveillantes de leurs prestations. C’est une pression importante pour tout le monde. Mais les aînés y sont peut-être plus aguerris que les jeunes ».

Le travail n’est plus l’accomplissement de soi

Le psychiatre pointe aussi le rapport différent au travail des Millennials. « Les aînés ont mis le travail comme seul accomplissement tandis que les jeunes ont pris plus de recul et de relativité. Ils se sont investis dans un équilibre judicieux, plus compatible avec une vie de famille, de couple, avec des loisirs. Une très bonne chose, mais qui peut être en déséquilibre avec le monde du travail ». Il y a ainsi une tension énorme entre l’aspiration à une vie équilibrée et les exigences du monde du travail. Trouver sa place et celle des autres est également compliquée. « Il n’est pas toujours facile de savoir qui des syndicats, des RH, de la personne de confiance sont du côté du travailleur ou de la direction ». Une nouvelle source de stress donc.


Cécile Tardy, Burn out Killer

L’entreprise et le management doivent évoluer

Plus connectés, plus au courant, les Millennials font-ils plus vite appel à l’aide ? Au contraire ! « Ils sont plein d’énergie, tiennent le choc le plus longtemps possible et arrivent finalement en bout de course. Il faut les encourager à utiliser les programmes de prévention et ne pas attendre le dernier moment pour parler au médecin ». Et du côté de l’entreprise ? Il faut un management plus humain. « Tant que le stress sera transmis en cascade jusqu’au dernier employé, cela n’ira pas. Les responsables doivent devenir des coachs et non des managers uniquement soucieux des chiffres ». Qu’attend-on donc ? « La calculette n’a pas suffisamment fonctionné pour se dire que c’est un investissement intéressant », conclut Serge Goffinet.

 

Ailleurs sur le web