Aller au contenu principal

Bien plus qu’un atelier mécanique

  • Amaury Van Caneghem, 41 ans, est directeur du centre Auto5 de Drogenbos. Il parle avec passion de ce métier qu’il n’exerce pourtant que depuis quelques mois seulement. Sa priorité : proposer à la clientèle une expérience inspirante plutôt qu’une simple transaction.

Bien plus qu’un atelier mécanique

1 min. de lecture
mar 12/11/2019 - 14:10

Rien ne prédestinait Amaury Van Caneghem à devenir directeur de centre Auto 5. Avec une formation de base en Horeca et un parcours professionnel qui l’a mené dans la grande distribution, le commercial et les ressources humaines, il explique avec le sourire : « pour moi, une voiture c’était quatre roues et un volant, rien de plus ». Au début de l’année 2019, il a pourtant intégré Auto 5 qui cherchait un directeur de centre. « Je n’avais aucune expérience dans le domaine mais les connaissances, ça s’acquiert ».

Toutes les clés d’un management moderne

Lors de son entrée dans le groupe, - Auto5 appartient au groupe français Norauto-, Amaury a été formé pendant plusieurs semaines dans un centre dont il a rapidement pris la direction. « Après un mois et demi à apprendre les ficelles du métier avec un directeur chevronné comme parrain, en quelque sorte, j’ai dirigé le centre de Leeuw-Saint-Pierre et puis après 9 mois dans l’entreprise je suis devenu directeur de centre à Drogenbos, le plus grand Auto 5 du pays ». Aujourd’hui, Amaury anime au quotidien une équipe de 23 personnes réparties pour une moitié dans l’atelier et l’autre moitié en magasin.

Pour en arriver là, Amaury a également suivi un parcours de formation en interne sur la mécanique automobile. « J’ai appris à changer une batterie, je connais tout du système de freinage, je suis capable de répondre aux questions techniques des clients. Quand c’est trop spécialisé, je me tourne vers l’adjoint atelier». Pour Amaury, en manager moderne, il est important d’être au contact des équipes. « 20% de mon travail consiste à gérer les ressources humaines, le marketing ou la logistique du centre. Les 80% du temps restant, je suis dans l’atelier ou dans le magasin avec les collègues au contact des clients ».

Auto5 Waterloo

Une activité retail au vrai sens du terme

Une des qualités indispensables pour devenir directeur de centre chez Auto5, c’est le sens du service au client. « On ne rentre pas dans un magasin Auto5 pour flâner. Quand un client vient chez nous, c’est qu’il a un problème ou un besoin très précis. 9 fois sur 10 quand on demande à un client s’il a besoin d’aide, il répond par l’affirmative. Il y a une attente très forte et c’est gratifiant d’y répondre ». Encore une fois, « le relationnel est très important. On ne fait pas que de la carrosserie ou de la mécanique, mais avant tout du commercial. L’accueil en magasin est crucial. Le client est notre objectif premier. Un client satisfait est un client qui revient » .

L’occasion pour Amaury de motiver de futurs collègues titulaires d’un bachelier en management ou en commerce à le rejoindre : « Il n’y a pas de question d’âge, d’expériences ou de connaissances. Il suffit d’être motivé et de se montrer intéressé par ce qu’on fait. Bien sûr, si on aime les voitures, c’est un plus évidemment pour relever le challenge de devenir directeur d’un centre Auto5 ! »