Aller au contenu principal

Cowboy : son vélo connecté cartonne et il s'exporte

  • Les récompenses s’accumulent, un flagship store vient d’ouvrir en bord de canal à Bruxelles et le modèle 2019 sort bientôt des usines. Adrien Roose est un entrepreneur serein, qui a su rebondir et faire de l’intermodalité un business plan.

1
minute
de lecture

Cowboy : son vélo connecté cartonne et il s'exporte

1 min. de lecture
sam 11/05/2019 - 10:00

Jamais la mobilité urbaine n’a connu une telle diversité. Entre les trottinettes, les skateboards et les scooters, le vélo électrique séduit de plus en plus de citadins. Cowboy entend y jouer un rôle essentiel, celui de l’acteur local.

Une recette gagnante, avec des perspectives de croissance et de rentabilité : "Nous visons l'équilibre financier et il n'a jamais été aussi proche." Adrien Roose, l'un des 3 fondateurs, affiche une ambition décontractée : "C’est le bon moment. La vitesse à Bruxelles en voiture est identique à celle du cheval... il y a plus de 100 ans." Tout l'enjeu de la mobilité mixte, dans des villes engorgées comme Bruxelles, Anvers et Liège.

Technologie made in Belgium

La start-up conçoit son vélo connecté comme d’autres font des smartphones : le hardware et le système d’exploitation évoluent avec le temps. Le modèle 2019 annoncé début de l’année sera bientôt livré : “Ceux qui l’ont commandé vont bientôt le recevoir. Ils ont versé un acompte de 100 euros pour l’avoir. Notre taux de retour est de 1%. Nous sommes confiants.”

La pépite bruxelloise, qui a levé 10 millions d'euros en série A, prépare la commercialisation imminente de son nouveau modèle (Cowboy 2019), le premier à pouvoir être livré hors de nos frontières. Marchés visés ? L'Allemagne, le Royaume-Uni et la France.

Adrien Roose au micro de Cédric Godart et Sylvie Degrelle

Assemblage en Pologne

"Nous gardons la main sur l'infrastructure. L'application et la télématique, tout est fait en interne." Ils auraient pu être conçus en Belgique, mais les vélos de Cowboy sont assemblés en Pologne, sur base de modèles créés à Bruxelles : "Nous voulions proposer le meilleur rapport qualité-prix et cela passait par là." Prix pratiqué ? 1990 euros, TTC. "Ce qui est dans la moyenne du prix du vélo électrique, sauf que le nôtre est connecté."

Avec de clairs avantages fiscaux, notamment pour les indépendants et les entreprises, mais aussi une plus grande sécurité après achat. Par rapport à un vélo électrique traditionnel, Cowboy est doté d'une puce GPS et d'une carte SIM : "Un fonctionnement M2M qui nous permet, par exemple, de réduire à peau de chagrin le risque de perte ou de vol. Vous savez constamment où se trouve votre vélo." Le moins que l’on puisse c’est que l’entrepreneur a su rebondir après l'échec de Take it Easy, comme il l’a confirmé lors d’une interview accordée sur MiNT ce vendredi 10 mai.