Aller au contenu principal

5 raisons de passer au leasing de vélo quand on travaille en ville

  • La Belgique, pays de la voiture de société. Et pourquoi pas du vélo de société ? Longtemps cantonnée à la sphère des loisirs, cette forme de mobilité douce gagne progressivement en popularité. Au point que même les géants du leasing s'y mettent.

2
minutes
de lecture

5 raisons de passer au leasing de vélo quand on travaille en ville

2 min. de lecture
dim 09/06/2019 - 11:28

Les deux-roues ont la cote dans les villes belges et le phénomène risque bien de s’amplifier avec la mise en place de flottes de vélos en leasing dans les entreprises. Pour quelques minutes ou à long terme, selon les besoins. Pourquoi s’y mettre ?

Vous gaspillez assez de temps dans la voiture, pédalez ! 

Vous perdez chaque année rien moins que 195 heures dans les bouchons de la capitale ou d’Anvers et le phénomène gagne lentement le reste du pays (Namur, Liège). Il y a désormais autant de bouchon à Londre qu’à Bruxelles, qui vient d'ailleurs de se classer devant Paris dans le dernier rapport du néerlandais TomTom, paru début juin. Pour rappel, la vitesse moyenne dans la capitale aux heures de pointe en voiture dépasse rarement 15 km/h. Les vélos électriques ont la capacité de rouler à 25 km/h et de se faufiler... ce que même les bus ont bien du mal à faire.

Vous pouvez profiter du second pilier du budget mobilité

Le budget mobilité est entré en vigueur le 1er mars. Son objectif est d'allouer à un salarié une somme d'argent qu'il peut ensuite consacrer au moyen de transport de son choix. Le 1er pilier fait la part belle aux véhicules “green” (hybrides, électriques). Le second est consacré aux modes de transport alternatifs et durables, ce que l'on appelle notamment la mobilité douce. Les vélos en font naturellement partie, y compris en complément des transports en commun.

Ce n'est pas un cours de spinning (vous arrivez frais et dispo au bureau)

La location de vélos ne se borne pas aux deux-roues "analogiques" et classiques. Il existe un grand nombre de modèles électriques, dont l'autonomie dépasse largement les 50 kilomètres, sans oublier les speed pedelec, un modèle qui peut atteindre la vitesse impressionnante de 45 km/h. Dans le domaine, la Belgique compte des valeurs sûres, notamment la marque Cowboy.

Bike fleet : les géants du leasing s'y mettent

C'est peut-être le moment de réveiller votre fleet manager ! En Belgique, Europcar vient de lancer Europcar Bikes, une solution pensée pour les sociétés. Via ce nouveau service, les employeurs peuvent offrir un “plan vélo” à leurs collaborateurs. Le nouveau dispositif est dans les mains du responsable de flotte, qui peut habilement jongler entre les voitures classiques, les scooters et le vélo (sous toutes ses formes), en fonction du type de déplacement. La location se fait depuis les murs de l'entreprise ou via des «Ctec Points», présents partout en Belgique (pas uniquement en ville). 

Il ne faut pas être salarié d'une grande boîte pour en profiter

Vous êtes indépendant ou dirigeant de société ? Le régime des salariés s'applique à vous également. Vous pouvez ainsi amortir un vélo électrique sur 3 ans à 120 % et vous verser (ou déduire) un indemnité vélo de 0,22 €/km. Quant aux particuliers et aux indépendants qui n'ont pas envie de posséder un vélo électrique, il leur est possible de louer des vélos grâce à des services comme Jump (Uber) pour des courts trajets. Ces vélos, déjà présents à Bruxelles, sont équipés d'une puce GPS et s'activent via une application mobile, comme les trottinettes (déblocage à 1€, puis 0,15€ par minute).

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir