Aller au contenu principal

Ces chercheurs d'emploi qui ne donnent plus de nouvelles

  • Longtemps réservée aux employeurs (et aux sites de rencontres), la tendance est devenue la nouvelle terreur des ressources humaines et elle porte un nom, le ghosting. Comment réagir à l’inversion des rôles entre recruteur et candidat ? 

2
minutes
de lecture

Ces chercheurs d'emploi qui ne donnent plus de nouvelles

2 min. de lecture
mar 11/06/2019 - 11:04

« Le phénomène du ghosting existe depuis longtemps », prévient Paul Wolfe, VP HR du site Indeed.com, mais il était jusqu’ici attribué aux recruteurs… voire aux sites de rencontres. Aujourd'hui, plusieurs études conduites par l'entreprise californienne indiquent que « ce sont maintenant les chercheurs d’emplois qui mettent fin à un processus d’embauche en cours sans même prévenir les employeurs. »  

Pour faire face, les ressources humaines doivent faire preuve de patience et d'humilité, mais aussi d'audace : elles doivent anticiper les facteurs qui peuvent avoir une influence quelconque sur la décision d’un candidat. 

En Belgique, le ghosting est encore à double sens 

« Le ghosting est malheureusement fréquent et touche tous les types de candidats et tous les secteurs », nous confie Sander Poos, Managing Director d’Indeed Benelux. Il ne s'agit toutefois pas d'un phénomène typique des générations Y ou  Z qui ne concernerait qu’un secteur spécifique.  

Il est important de noter que le phénomène est à double sens. « Il arrive parfois qu’un employeur n'entende subitement plus parler d’un employé potentiel qui semblait être le candidat idéal à un poste, mais l’inverse se produit aussi : les candidats doivent attendre longtemps la réaction d'un employeur, s’il y a une réaction (là aussi il y a du travail à faire). »  

Soigner sa marque employeur 

En cause ? Un marché du travail tendu, où les employés qualifiés ne manquent vraiment pas d’opportunités professionnelles, peu importe leur région. D'où l'importance de bien comprendre le paradigme pour mieux soigner sa marque employeur : « en tant que chercheur de talents (puisqu'il faut bien parler de cela), il est donc extrêmement important d'investir dans une relation étroite avec les candidats prometteurs... dès le premier contact et de réagir rapidement ». Pas certain que la méthode gagne du premier coup : « si l'employeur et le candidat ne semblent pas être en adéquation sur le moment, cela peut bien sûr toujours changer à l'avenir. »  

Quels secteurs sont-ils particulièrement touchés par le ghosting ? Précisément ceux où le recrutement est plus compliqué, faute de main d'œuvre qualifiée en nombre : « Nous constatons que des secteurs tels que la santé, l'informatique, la construction et l'industrie éprouvent des difficultés relatives à trouver les employés qui leur conviennent. Dans ces secteurs, les offres d’emploi sont généralement en ligne plus longtemps que la moyenne en Belgique et même au Benelux pour voir plus large. » 

RH : les questions à poser pour éviter le ghosting 

Il convient aujourd'hui de connaître les préoccupations des candidats et, par là-même, de comprendre leurs priorités. Pour y arriver, les recruteurs doivent interroger les facteurs qui entrent en ligne de compte dans le processus décisionnel, en dehors de la rémunération. Il peut également être utile d'interroger directement le candidat sur le degré d'adéquation avec le poste proposé, face au reste des opportunités qui se présentent à lui. 

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir