Aller au contenu principal

Comment financer le lancement de sa start-up

  • Quand on lance son business, on est à un moment ou un autre souvent confronté à la recherche d’investissements. Que prendre en compte et à quel moment ?

1
minute
de lecture

Comment financer le lancement de sa start-up

1 min. de lecture
mar 09/10/2018 - 16:07

L’argent, le nerf de la guerre. Le nerf d’une entreprise aussi, surtout quand elle est en phase de développement et de lancement. Comment rechercher des investisseurs et à quel moment faire appel à eux ? « Cela dépend d’un grand nombre de facteurs », explique Rodolphe d’Udekem d’Acoz, Business & Finance Advisor chez hub.brussels.

Le secteur d’activité, la phase de développement et le potentiel

Ces facteurs, ils sont au nombre de trois. « Le secteur d’activité de l’entreprise déterminera l’intérêt des investisseurs tout comme la phase de développement de l’entreprise. Est-elle au stade de l’idée, de la commercialisation, a-t-elle déjà commencé à vendre ? Ensuite, il y a le potentiel de marché », note le conseiller. En effet, une start-up dont le projet est adaptable sur d’autres marchés pourra trouver plus facilement des sources de financement qu’un entrepreneur visant un marché de niche où le potentiel peut être un peu plus limité. Mais quand faut-il penser au financement ?

À quel moment faire appel à des investisseurs

Partons de l’entrepreneur qui a une idée de projet de start-up. « Il doit avoir réussi à valider certains éléments-clés de son projet. L’idée est de tester son concept pour voir si il répond au besoin, sans brûler trop de cash. Même chose du point de vue financier. Mon idée est-elle financièrement viable ? ». Pour convaincre des investisseurs, il est important d’avoir un plan et de se poser trois questions : de combien ai-je besoin ? À quel moment ? Et pourquoi ? « Je vois pas mal d’entreprises qui disent qu’elles ont besoin d’un certain montant pour avancer. Mais avez-vous besoin de tout cela d’un coup ? Il faut découper sa recherche de financement par étapes-clés à atteindre et calquer ses besoins financiers sur celles-ci », analyse Rodolphe d’Udekem d’Acoz.
 

Rodolphe d'Udekem d'Acoz
Rodolphe d'Udekem d'Acoz

Trois types de financement pour une start-up

À partir de là, trois possibilités s’imposent : « les subsides, le capital et les prêts ». Pour notre expert, il faut d’abord aller chercher les subsides, surtout en recherche et développement. « Un apport d’argent est une étape clé dans un processus de pré-lancement ». Il y a ensuite le capital social, les fonds injectés autant par l’entourage que des business angels, des fonds d’investissement publics ou privés. Enfin, lorsque le projet est plus avancé, il y a l’appel aux prêts bancaires. Peu importe le type de financement, le plus important est de « se mettre du point de vue de notre interlocuteur, car les attentes d’un investisseur ou d’une banque peuvent réellement différer. À l’entrepreneur de comprendre le bon langage et les éléments à mettre en avant. C’est quelque chose de complexe et pas forcément bien maîtrisé. Il peut se faire aider et accompagner par des structures, mais ce sera toujours sous sa responsabilité finale ».

Ailleurs sur le web