Aller au contenu principal

Besoin de cash ? Et pourquoi pas vendre vos factures ?

  • Le factoring, solution de financement longtemps réservée aux grandes sociétés, est depuis quelques années accessible aux PME. De quoi s’agit-il exactement ?

2
minutes
de lecture

Besoin de cash ? Et pourquoi pas vendre vos factures ?

2 min. de lecture
mer 21/11/2018 - 14:45

Les problèmes de trésorerie restent la première raison expliquant les faillites en Belgique. En cause notamment, les retards et les défauts de paiement. Fin 2017, 2 à 3 factures sur 100 n’étaient payées qu’après 90 jours, voire n’étaient pas payées du tout. C’est pire qu’au plus fort de la crise. Premières victimes évidemment : les TPE et les PME, trop fragiles pour faire face au manque de fond de roulement induit par ces comportements.

Pourtant des solutions existent pour parer à ce manque de cash flow. Parmi elles, l’affacturage, ou factoring en anglais : un intermédiaire financier (le factor) reprend les créances du fournisseur et les lui paie de manière anticipée. À charge ensuite de ce factor de se faire rembourser auprès du client. Le principe n’est pas nouveau mais, jusqu’à il y a quelques années, il s’adressait uniquement aux grosses sociétés. L’approbation du dossier pouvait prendre plusieurs semaines et surtout, elle dépendait, en grande partie, de la bonne santé financière du fournisseur. Des critères peu favorables aux PME.

Aussi pour les PME

Aujourd’hui, plus rien à voir. Avec le développement des technologies numériques et la dématérialisation, le marché du factoring connaît une petite révolution. Des ƒintech, comme Edebex et Koalaboox en Belgique, proposent leurs propres solutions d’affacturage. “ Notre cible, ce sont les gens qui sont complètement dématérialisés, qui n’ont pas besoin d’avoir un chargé de clientèle en face d’eux pour signer tous les documents. Tout se fait sur Internet ”, explique Xavier Corman, CEO d’Edebex.


Edebex : comment ça marche ?

Avec le factoring 2.0, plus question d’être lié par un contrat, la cession de factures peut se faire à l’unité pour un coût compris entre 3 et 4% du montant de ces factures. Quant à l’acceptation du dossier, elle est signifiée dans les 72 heures. Seul critère important : la stabilité financière du client. Et si, malgré tout, celui-ci fait défaut au final, aucun impact sur le fournisseur. De quoi convaincre un maximum de PME de sauter le pas. “ On fait plus ou moins 17% de croissance de mois en mois en termes de nombre de clients. Aujourd'hui, on a dû financer un total de 160-170 millions d’euros de créances “, confie Jean-Charles Dwelshauvers, Chief Financial Officer de Koalaboox.

Même son de cloche du côté du CEO d’Edebex, où 250 millions d’euros de factures ont été financés en 4 ans : “le besoin de financement reste la motivation numéro 1 et puis après, ça peut être pour couvrir un risque. Ils se disent j’ai beaucoup d’engagements sur un seul client, si ce client-là fait faillite ou a un problème, je vais couler. Enfin, il y a la raison administrative : ça me coûte de l’argent d’avoir des ressources en interne ou je ne suis pas équipé pour faire le suivi des paiements. ”

Jean-Charles Dwelshauvers, Chief Financial Officer de Koalaboox
Jean-Charles Dwelshauvers, Chief Financial Officer de Koalaboox

Un marché balbutiant

Il n’empêche, ces centaines de millions d’euros financés via le factoring dans les PME ne seraient encore qu’une goutte d’eau d’après le cofondateur de Koalaboox : “ le volume qu’on a financé, on l’a fait sur un millier de clients, alors qu’en Belgique, 700 ou 800.000 entités répondraient plus ou moins aux critères d’éligibilité pour du financement. Ça commence seulement à se faire connaître. “ Pour conquérir ce marché encore balbutiant chez nous, Koalaboox a choisi d’intégrer sa solution de financement directement dans son logiciel de facturation. Edebex, quant à elle, a plutôt opté pour l’étranger. Elle réalise déjà la plus grosse partie de son chiffre d’affaires en France.

 

Ailleurs sur le web