Aller au contenu principal

Un indépendant sur deux peut encore optimiser sa pension

Un indépendant sur deux peut encore optimiser sa pension

1 min. de lecture
mar 08/10/2019 - 14:00

La retraite ? Pas avant vingt, trente ou quarante ans ? Pourtant, c’est aujourd’hui qu’il faut y penser. La preuve ? Une grande proportion d’indépendants ne sait même pas combien ils toucheront à l’heure de la pension.

« A combien s’élèvera votre retraite ? ». Qui est capable de répondre à cette question ? Très peu de personnes, et les indépendants sans doute encore moins. Une chose est sûre, la pension légale ne suffira pas comme l’estiment 75% des Belges. Il y a donc des mesures à prendre dès maintenant. Pourquoi ?

La difficulté de conjuguer court et long terme

Penser à sa situation actuelle et à ce qu’il passera dans vingt, trente ou quarante ans est difficile à imaginer. C’est un peu dans la nature de l’être humain. Quand on est indépendant, le court terme est toujours plus important. Trouver des clients, les fidéliser, effectuer son travail, penser à payer ses cotisations et ses impôts… c’est la journée du lendemain, au sens propre, qui compte souvent le plus. On pensera à la pension plus tard se dit-on. Les deux se marient pourtant à merveille. « La plupart des entrepreneurs savent pourtant qu’il existe un avantage fiscal. La difficulté, c’est surtout de savoir quelle formule d’épargne-pension donne quel avantage à court et à long terme », explique Daan Weigand, Product Manager Insurance chez Xerius.

PCLI, CPTI, EIP… un problème de visibilité et de compréhension

« La pension moyenne d’un travailleur indépendant ne s’élève qu’à… 911 euros par mois quand un salarié en touche 1.267, un fonctionnaire plus de 2.500 ! L’entrepreneur doit ainsi se débrouiller tout seul et au plus vite pour toucher une pension décente à la fin de sa carrière », continue l’expert. Mais que choisir ? PCLI (parfois appelée PLCI), CPTI, EIP, que des acronymes difficiles à déchiffrer et à calculer. Une épargne-pension classique en plus ou pas ? Ou une épargne à long terme ? Et quels sont les avantages fiscaux de ceux-ci, la prime maximale, la déduction… bref, on peut rapidement comprendre que certains baissent les bras. Les solutions et les simulations ne manquent pourtant pas. Que faire donc ?

Xerius - Assistance pension

Optimiser sa pension dès maintenant

En tant qu’indépendant, il est primordial de commencer à épargner pour sa future pension et profiter d’avantages fiscaux. La première chose à faire, c’est estimer et simuler la situation de l’indépendant à l’aide d’un assistant pension comme celui proposé par Xerius par exemple. Il suffit d’insérer quelques données personnelles et professionnelles comme la date de naissance, le revenu net, si on a un crédit hypothécaire ou non… Le simulateur propose ensuite les produits adéquats et fiscalement optimaux selon la situation de l’entrepreneur. L’objectif ? Des primes déductibles maximales qui viennent diminuer le montant soumis aux impôts. « Notre but, c’est que tous les indépendants commencent à épargner pour leur future pension dès aujourd’hui. Notre objectif : moins d’impôts aujourd’hui, plus de pension demain », conclut Daan Weiland.