Aller au contenu principal

Nos conseils pour dénicher les bons associés !

  • Près de deux tiers des entreprises échouent en raison de conflits entre cofondateurs ! Un chiffre qui, à lui seul, illustre l’importance de bien choisir son associé lorsqu’on démarre ou développe son affaire.

Nos conseils pour dénicher les bons associés !

1 min. de lecture
jeu 09/05/2019 - 14:27

« Souvent, les gens s’associent car ils ont envie de partager une aventure. C’est bien… à condition qu’ils aient envie de partager la même aventure ! », indique Benoît Galy, auteur du livre « Bien s’associer pour mieux entreprendre » (éditions Leduc). Dès lors, voici trois critères à respecter pour tenter de cerner son futur partenaire au mieux:

Connaître la personne professionnellement

Il s’agit tout d’abord d’identifier les personnes susceptibles de devenir « associées », en faisant le tour de son réseau, constitué de la famille, des amis, des collègues, des partenaires professionnels en tous genres (clients, fournisseurs, prestataires…). Au gré des conversations mais sans trop en dire, la bonne personne peut s’imposer naturellement. « L’idéal est de s’associer avec des gens avec qui on a l’habitude de travailler », complète Galy. « Pour éviter les mauvaises surprises, on pourra également rechercher un profil clairement identifié, doté de compétences préalablement définies. Et qui, si possible, a déjà fait ses preuves. »

Une synergie des compétences

Il existe trois fonctions-clés dans chaque entreprise: l’entrepreneur, le gestionnaire et le technicien. Les spécialistes s’accordent à dire que la synergie des compétences joue un rôle majeur dans une association. Idéalement, il donc ainsi préférable de posséder des profils et des compétences différentes. Plus les associés sont spécialisés, chacun intervenant dans un domaine précis, plus la relation entre eux est simplifiée, chacun étant maître dans sa paroisse.

Confiance et vision commune

La confiance occupera, aussi, une place de choix dans la relation avec son associé: il est indispensable que ce dernier soit une personne fiable, y compris, voire surtout, dans les périodes difficiles. Mieux vaut donc au préalable vérifier ses antécédents et son parcours.
Pour autant, la véritable confiance se construit progressivement et s’inscrit dans la durée. De même, il est important de partager une même vision et des valeurs communes. Voyez-vous l’avenir de l’entreprise de la même façon ? Partagez-vous la même stratégie de développement et les mêmes valeurs en matière de management ? Êtes-vous sur la même longueur d’onde quand il s’agit du mode de vie, des obligations familiales, de l’ambition ou de l’éthique professionnelle ? Vos personnalités sont-elles compatibles ? Autant de questions auxquelles il faut répondre sans se voiler la face.
« La valeur humaine permet le dialogue au quotidien. La vision c’est ce qui va permettre d’être en symbiose lorsque des choix seront à effectuer concernant le développement de l’entreprise. C’est souvent dans les moments de tension que l’on se rend compte qu’on ne partage pas la même vision. Et là, il est malheureusement souvent trop tard ! », conclut Graly.