Aller au contenu principal

« 3 choses que je ne referai pas dans ma prochaine startup (et 4 que je referai) »

  • Ex-CEO de Mention, la plateforme de web monitoring, Matthieu Vaxelaire a vendu sa startup à un groupe de relations presse suédois en août 2018. Voici ce qu’il retire de ses 5 ans d’expérience à la tête de la société. 

« 3 choses que je ne referai pas dans ma prochaine startup (et 4 que je referai) »

.
3 min. de lecture
mar 29/10/2019 - 10:22
Matthieu Vaxelaire - Ex-CEO de Mention

Alors que j’explore de nouvelles idées pour une startup, j’ai pris le temps de réfléchir au type d’entreprise que je veux créer. Voici mes notes. 

3 choses que je ne referai pas 

# 1 Faire des compromis sur la vision de l’entreprise 

Quand j’étais CEO, je n’avais pas de vision forte et audacieuse de ce que je voulais faire de l’entreprise. Ce n’est pas une condition sine qua non pour construire une startup à succès, mais faire des compromis sur votre vision et vos objectifs à long terme peut rendre la croissance plus difficile. L’équipe me donnait constamment du feedback sur le sujet et ils avaient raison. Avoir une vision claire vous aide à attirer les bonnes personnes, prêtes à embarquer pour l’entièreté du voyage. Y compris quand les temps sont durs, ce qui est plus ou moins toujours le cas pour une startup. 

# 2 Ne pas communiquer sur les salaires et la composition de l’actionnariat 

Comme tous les CEO de startups, j’étais transparent en ce qui concerne nos chiffres-clés et les comptes rendus de comités. Cependant, il y avait d’autres choses que je ne partageais pas, comme la quantité de cash sur notre compte, la composition de l’actionnariat et les salaires. Ce n’étais pas une décision réfléchie, c’était plus une habitude que je n’ai pas réussi à prendre. J’ai bien pensé à y remédier mais ce n’est jamais arrivé. J’avais (trop) peur des réactions, que les collaborateurs deviennent trop faciles à débaucher. 

# 3 Attendre trop longtemps avant de recruter un Talent Manager 

Recruter un Talent Manager une fois atteint 20 employés a vraiment eu un impact positif sur l’entreprise. Et sur moi personnellement. Avoir quelqu’un de concentré sur le fait de trouver les meilleurs candidats, de les motiver à intégrer l’équipe et de leur inculquer nos méthodes de travail a tout changé. Cela ne nous a pas seulement aidés à attirer les meilleurs, mais cela m’a aussi permis de me concentrer sur la croissance de l’entreprise. La prochaine fois, je recruterai un Talent Manager à partir de 10 employés, peut-être même 5. 

4 choses que je referai sans hésiter 

# 1 Culture fit > Hard skills 

C’est facile de s’emballer pour un candidat qui a eu de super résultats ailleurs sur un poste similaire. C’est rassurant et ça a l’air moins risqué. Mais une chose est plus importante : le « culture fit ». Les compétences techniques sont bien sûr plus concrètes mais l’adéquation est cruciale pour l’ADN de l’entreprise. Le « culture fit » sera toujours plus important que le CV ou les hard skills. 

# 2 Être débrouillard 

J’ai appris très vite pendant mon parcours d’entrepreneur qu’il est plus facile de dépenser de l’argent que d’en gagner. Ça a l’air évident mais, dans un monde où le capital à risque coule à flots, c’est tentant de levé de l’argent pour ensuite le dépenser, encore et encore. Brûler du cash peut vite devenir une addiction. Je crois vraiment qu’on peut faire beaucoup avec peu (c’est pourquoi nous avons très tôt réinventé FedEx et UPS). Je préfère gagner en étant économe et intelligent, plutôt que grâce à de l’argent. 

# 3 Une retraite annuelle 

Une retraire annuelle est un investissement considérable en temps et en argent, et j’avais peur d’organiser la première. Mais j’ai très vite réalisé que c’est le moment parfait pour réfléchir sur le passé, le présent et le futur de l’entreprise. C’est une superbe manière de discuter de : 

  • Ce qu’on a accompli au cours des 12 derniers mois 
  • Qui nous sommes aujourd’hui, nos valeurs et notre vision de ce que nous voulons être 
  • Où nous voulons être dans 12 mois 
  • Comment nous voulons y parvenir 

Tout aussi important, une retraite est une opportunité unique de souder l’équipe dans un autre environnement que celui du travail, sans les ordinateurs ! Ce type de retraites est indispensable pour construire des amitiés et renforcer les valeurs de l’entreprise, même pour une startup encore en phase de démarrage. Je ne connais pas encore la destination de ma prochaine retraite mais la montagne et les îles sont tout en haut de ma liste. 

# 4 Une ambition internationale dès le premier jour 

Le monde est devenu un village, tout ce que nous faisons peut avoir un impact mondial. Je veux que tout ce que nous faisions reflète cette ambition internationale dès le premier jour. Ça signifie construire une entreprise qui adopte l’anglais, avec une équipe internationale et diverse, et un ensemble de valeurs internationales. 

 

Une dernière chose pour finir, au sujet de laquelle je ne suis pas sûr... le travail à distance. 

Oui, nous sommes en 2019. Oui, c’est contre-productif de faire une heure de trajet tous les jours pour aller travailler. Et oui, le monde regorge de talents. Mais pour moi, une startup, c’est passer du temps avec des gens intelligents, à construire des choses incroyables en s’amusant. C’est difficile quand les gens ne sont pas sur place. Travailler côte-à-côte n’est pas seulement la clé pour construire une entreprise à succès selon moi, c’est aussi le moyen de susciter l’innovation. Mais peut-être que je suis de la vieille école et qu’il faut que j’évolue 😊 

 

Pssst… Je travaille sur quelque chose de gros et je cherche des talents motivés pour me rejoindre. Si vous voulez être les premiers à découvrir le sujet de ma prochaine aventure, inscrivez-vous ici: www.ClubNester.com