Aller au contenu principal

Reward crowdfunding : communiquer pour se financer

  • Le Reward-based crowdfunding, ce n’est pas seulement récolter de l’argent. C’est aussi, et surtout, gagner en visibilité. Exemple avec le restaurant Ballekes.

2
minutes
de lecture

Reward crowdfunding : communiquer pour se financer

2 min. de lecture
lun 19/11/2018 - 08:00

Vous avez peut-être déjà testé les boulettes à la sauce de votre choix de chez Ballekes, le resto du quartier Janson à Saint-Gilles qui propose une version remise au goût du jour de ce plat typiquement belge. Fondé par Thibault Truyen et son épouse florence, Ballekes a utilisé le Reward Crowdfunding avec succès pour financer l’ouverture d’une seconde adresse à la Place Sainte-Catherine et bientôt d’une troisième près de la Grand-Place.

Miser sur les 3F : Family, Friends and fools

A la différence d’un financement classique où des investisseurs acquièrent des parts de votre société ou de votre projet, le Reward Crowdfunding propose aux contributeurs d’acheter de futurs produits ou services d’un business qui n’existe pas encore. Mais selon Thibault Truyen, c’est aussi un très bon moyen de communication : « on n’obtient pas d’énormes montants mais le Reward Crowdfunding, c’est surtout une façon efficace, grâce aux outils technologiques d’aujourd’hui, d’activer vos 3 F, les fameux Family, Friends and Fools. Depuis la nuit des temps, ce sont toujours les proches qui soutiennent d’abord une nouvelle activité, la famille, les amis mais aussi les partenaires commerciaux. Mais avec les réseaux sociaux, ce phénomène est décuplé. »

Ballekes team

Acheter sa table dans le restaurant !

L’opération lancée par Thibault a permis d’atteindre facilement l’objectif de récolter 10.000 euros. Une bonne partie vient des amis et de la famille mais l’effet bouche à oreille a permis de compléter ce montant, avec des offres différentes à plusieurs niveaux de prix et des formules parfois surprenantes qui permettent de générer un peu de buzz. A Sainte-Catherine, les tables du restaurant ont été achetées par des contributeurs, avec un repas et un T-shirt, par exemple. Chaque table est signée par celui qui l’a financée, avec l’adresse de son site web gravée dans un coin, ce qui donne une impression de faire physiquement partie du projet.

Faire connaitre un endroit avant même son ouverture

C’est une des leçons retenues par Thibault Truyen après cette opération, on ne récolte pas que de l’argent avec le Reward Crowdfunding On communique et on suscite aussi l’intérêt : « pour moi, c’est à la fois un moyen de se financer et un outil de marketing. On n’est pas encore ouvert mais on fait déjà entrer dans les esprits que ça va arriver. Ceux qui participent en parlent autour d’eux, sont invités à un événement d’ouverture et ce sont finalement nos premiers clients. Ils deviennent alors des ambassadeurs de marque. C’est exactement comme un écrivain qui met son premier livre en prévente. Ce sont d’abord ses amis qui l’achètent. Puis, le bouche-à-oreille fait le reste. »

Ballekes Centre

Reste à voir si cela marche à tous les coups car comme un buzz sur Facebook, les raisons qui font qu’un crowdfunding fonctionne ou pas ne sont pas scientifiques, ce que Thibault Truyen confirme : « il y a une part de chance et aussi le timing qui compte beaucoup. Il y a des exemples célèbres où une opération de crowdfunding a complètement échoué et puis, six mois plus tard, la même tentative a fait un carton !»

 

Ailleurs sur le web