Aller au contenu principal

Égoïste ou altruiste, que le meilleur survive !

  • Le biologiste anglais Richard Dawkins suggère de considérer le gène égoïste comme élément central de l’évolution des espèces. Est-ce applicable à l’entreprise ?

3
minutes
de lecture

Égoïste ou altruiste, que le meilleur survive !

3 min. de lecture
ven 16/11/2018 - 09:00

Pour Richard Dawkins*, c’est le gène qui induit des comportements à l’organisme vivant dans lequel il se trouve pour assurer la survie de sa lignée génétique. Pour arriver à ses fins, le gène peut être de nature « égoïste », dans le sens de sa « capacité à être copié » /dupliqué/reproduit dans une perspective darwinienne de durer dans le temps. Le gène égoïste peut engendrer des comportements « égoïstes », s’il profite d’un autre individu ou du groupe pour sa survie, ou « altruistes » s’il induit des comportements qui servent la survie de sa communauté plutôt que la sienne. Même en induisant des comportements altruistes, le gène reste qualifié « d’égoïste » puisque c’est la survie de son groupe, son espèce, sa lignée qu’il veut préserver plutôt que simplement lui-même en tant qu’individu.

A la recherche de l’équilibre

Dawkins explique ainsi que le coucou est un oiseau qui, pour assurer sa reproduction, va pondre ses œufs dans le nid d’un oiseau d’une autre espèce ; ce qui lui épargne ainsi du temps et de l’énergie qu’il devrait consacrer à couver pour l’utiliser à trouver sa nourriture, et préserver ainsi sa survie immédiate. L’abeille qui pique pour défendre son miel mais, ce faisant, y laisse la vie en s’arrachant la moitié de l’abdomen a, elle, un comportement « altruiste » parce que son sacrifice vise à préserver la nourriture de sa communauté, et non seulement sa part. Il y aussi les comportements égoïstes déguisés en comportements altruiste mais n’allons pas trop dans les détails ici. Par contre, ce qu’il est aussi important de noter dans la théorie de Dawkins, c’est la notion de « stratégie évolutionnairement stable » qui tend, pour un groupe d’individus donné, à trouver un équilibre entre la représentation d’éléments « égoïstes » et d’autres, « altruistes ». Les égoïstes auront, en effet, tendance à se mettre dans des groupes d’altruistes pour profiter de leurs services dans la poursuite de la survie de leur lignée. Mais si la présence d’égoïstes devait supplanter dangereusement en nombre celle des altruistes, le groupe pourrait se retrouver dans une situation qui romprait l’équilibre des forces en présence et rendrait moins efficace cette stratégie de survie évolutionniste pour les égoïstes.

Applicable à l’entreprise ?

Dawkins applique sa thèse du gène égoïste à toutes sortes d’animaux (oiseaux, poissons, mammifères,…) sauf à l’humain. Ne pourrait-on cependant pas extrapoler un peu cette théorie et l’utiliser comme grille d’analyse aux groupes sociaux que forment les travailleurs d’une entreprise ? Typiquement, les départements de marketing & ventes sont des univers où les comportements de type « gène égoïste » s’expriment. En interne, les individus de ce groupe doivent forcément adopter des stratégies « égoïstes » pour obtenir le maximum de moyens pour réaliser leurs objectifs. Ils iront par exemple influencer le département Communication pour obtenir des actions et des budgets supplémentaires en promotion de leurs produits/services ; attitude de type « égoïste ». Ils pourront aussi faire concourir leur société pour l’obtention d’un prix ; attitude apparemment « altruiste » puisqu’au final, c’est l’entreprise qui est mise à l’honneur sauf que cela passera probablement par la valorisation leur produit/service ; objectif « égoïste ». Le département des Ressources Humaines, par contre, est typiquement un groupe qui déploie des stratégies « altruistes » puisqu’il est au service de la préservation de l’ensemble des individus qui constituent la société ; en réglant leur salaire, en organisant le dialogue social, etc.

Régulation nécessaire

Quel serait alors le point d’équilibre nécessaire au bon fonctionnement d’une entreprise, sa « stratégie évolutionnairement stable » pour éviter que les individus au comportement égoïste ne supplantent les altruistes qui assurent le back-office et la pérennité de l’ensemble ? Il faut un système régulateur. Dawkins va le chercher dans les travaux de John Maynard Smith et George Price*. Il s’agit des modes d’action-réaction dans un contexte d’agressivité. En gros, il y en a 5 :

• Le modèle « colombe » qui adopte une stratégie menaçante face à un congénère mais cède le pas dès qu’il ressent de l’agressivité exprimée par son adversaire ;
• Le « faucon » qui combat jusqu’à la victoire ou à la défaite ;
• Le « faucon-vengeur », un stratège conditionnel qui observe d’abord et se battra si l’autre individu est un faucon, et s’éloignera sans se battre si celui-ci est colombe ;
• La « brute », un stratège conditionnel qui se bat d’office jusqu’à ce que son adversaire se rebelle ;
• Le « vengeur-sondeur », également stratège conditionnel qui agit d’abord comme un vengeur puis intensifie le combat tant que son adversaire ne se rebelle pas ; dans ce cas, il peut alors adopter une attitude de « colombe ».

Nul doute que les tests de personnalité que l’on pratique en entreprise ou dans les cabinets de recrutement déchiffrent ces traits de caractère. On n’imagine en effet assez mal un modèle «colombe » comme CEO, et plutôt un « faucon-vengeur » au poste de Public Affairs.

Au final, l’équilibre doit toujours être préservé, pour la survie de l’individu et du groupe. Les brutes seront écartées si elles mettent le groupe en danger. Les colombes peuvent être frustrées par moment si les faucons sont très agressifs et en grand nombre. Quant au leader du groupe, il devra canaliser les comportements pour que le temps – qui comporte un coût comme l’on sait en économie - et l’énergie des individus restent mobilisés sur les priorités de la communauté : sa survie !

* Le Gène égoïste par Richard Dawkins paru pour la première fois en 1976 (traduction française : Odile Jacob - 1989)
* The Logic of animal conflict par J.Maynard Smith et G.R.Price dans sa publication originale de 1973

 

Frédéric Druck, secrétaire général de bio.be/essenscia

Ailleurs sur le web